Où est passée la gauche israélienne ?

Le scrutin du 23 mars 2021 s’annonce comme un nouvel affaiblissement de la gauche. Sans qu’aucun de ses partis ne sache comment le freiner.

 

Les scrutins législatifs successifs sont autant de clous supplémentaires plantés dans le cercueil de la gauche israélienne. A chaque échéance électorale, elle perd un peu plus de soutien, jusqu’à se rapprocher, au cours des trois dernières élections, du seuil de représentativité au parlement. Pour le scrutin du 23 mars prochain, les deux partis de gauche, Avoda (Travaillistes) et Meretz affichent des listes quasiment clonées et se disputent le même électorat. Et leur refus de s’unir, au moins pour l’élection, leur fait courir le risque de voir l’un des deux disparaitre des bancs de la Knesset. Seul peut-être le parti Travailliste bénéficiera-t-il de l’effet de nouveauté, grâce à l’élection à sa tête de la députée Merav Mihaeli. Mais aucun des deux partis n’a renouvelé son discours ni son programme, alors que l’éparpillement des voix de gauche les a déjà considérablement affaiblis.

Pas de nouveau message

La crise du Covid aurait pu être l’occasion de remettre à l’ordre du jour un programme socio-économique axé sur l’interventionnisme étatique, le renforcement des politiques sociales et de santé, l’augmentation des dépenses publiques. Les partis de gauche l’ont fait, mais sans conviction et surtout sans innovation. Peut-être est-ce dû au constat de réalité, que – quoi qu’ils en disent –  les électeurs israéliens, une fois dans l’isoloir, ne votent pas sur l’économie mais sur leurs convictions politiques ou identitaires. Et bien que le besoin de solidarité sociale soit réel, il ne se traduit pas dans les urnes.

Quant au règlement du conflit israélo-palestinien, il ne fait plus recette. Le « camp de la paix », auquel s’était identifiée la gauche israélienne durant deux décennies, s’est fracassé sur l’échec du processus d’Oslo et la violence terroriste de la deuxième intifada. Les Israéliens dans leur majorité ne croient plus à la solution à deux Etats, ou en tout cas à sa faisabilité. Et si la question revient dans le débat public, c’est davantage sur le plan international qu’intérieur. L’élection aux Etats-Unis du président démocrate Joe Biden présage un retour à la diplomatie américaine de l’ère Clinton, ou en tout cas Obama, dont Biden a été le vice-président. Et c’est plutôt sur la défensive que les Israéliens abordent l’éventualité d’une reprise des négociations avec les Palestiniens, qui exigerait de leur part de nouvelles concessions sans garantie de réciprocité, ni de sécurité.

La tentation du sectorialisme

Alors, quand les deux pivots de la gauche sont sapés par les événements, les deux partis en sont réduits à remplacer l’idéologie par une certaine forme de communautarisme pour retrouver une base électorale. Au lieu de s’appuyer sur des valeurs universelles, ils cherchent à rallier des secteurs, même au prix de certaines incohérences. Le parti Meretz en a fait l’expérience en mettant à son programme le rapprochement avec les Arabes israéliens et les droits des LGBT. Résultat, la numéro quatre de la liste, la candidate arabe israélienne Jida Rinawi-Zoabi, interrogée par le site local Kul el Arab, sur l’interdiction des thérapies de conversion pour les homosexuels – une réforme soutenue par Meretz – a répondu qu’elle s’abstiendrait, car elle devait « prendre en compte les sensibilités de la société dont [elle est] issue ». Les responsables de Meretz assurent en outre que leur soutien dans l’électorat arabe israélien est plus important que ce dont les créditent les sondages, qui, affirment-ils, ne tiennent pas compte du vote clanique, mais seulement géographique. Et le parti escompte y gagner l’équivalent d’un demi mandat, voire d’un mandat et demi.

Là encore, le parti Travailliste opte peu ou prou pour la même tactique. Si Meretz a deux candidats arabes sur sa liste à des places réalistes, les Travaillistes en ont une, en la personne de Ibtisam Mara’ana, qui avait affirmé qu’elle ne respectait pas la minute de silence annuelle à la mémoire de victimes du terrorisme et des soldats tombés dans les guerres d’Israël. C’est moins la position d’une citoyenne arabe israélienne qui avait choqué, que le fait qu’elle figure en cette qualité sur la liste d’un parti sioniste historique.

Ces deux épisodes soulignent le malaise profond des partis sionistes de la gauche israélienne qui semblent chercher à compenser leur manque de direction politique par la variété de leurs candidats, même au risque de s’aliéner des franges supplémentaires de leur électorat traditionnel. Et là où le Meretz peut au moins prouver qu’il n’a pas fait de compromis idéologique, le parti Travailliste, ou du moins ses dirigeants, n’ont pas hésité à rejoindre des coalitions menées par le Likoud, même  au prix de scissions internes, comme cela a été le cas en 2015 ou en 2020.

L’anti-Bibisme, bon pour la droite ?

Au cours de la campagne actuelle pour l’élection de la 24e Knesset, plusieurs nouveaux partis identifiés avec le centre-gauche ont jeté l’éponge sans attendre le scrutin. Parmi eux, le parti « Les Israéliens », fondé fin 2020 par le maire de Tel Aviv Ron Huldaï, qui pensait être le nouveau rassembleur qui amènerait à lui les électeurs déçus de Bleu Blanc et du parti Travailliste moribond. Sa tentative s’est soldée par un échec aussi rapide que retentissant. Celui qui est réélu depuis 1998 à la tête de la métropole côtière sous les couleurs travaillistes, n’a pas réussi à prendre une stature nationale. Trop identifié à la « bulle de Tel Aviv », Ron Huldaï s’est aussi révélé incapable d’aller au-delà du « tout sauf Bibi », qui donne le ton de cette élection. En quelques semaines, il était déjà tombé dans les sondages sous le seuil des quatre mandats nécessaires pour siéger au parlement.

Dans cette campagne, comme dans les trois précédentes, c’est encore le pour ou contre « Bibi » qui reste l’enjeu principal, voire le seul enjeu. A la différence près que cette fois, aucun parti n’est en mesure de prétendre à lui seul être l’alternative à Benyamin Netanyahou, comme avait pu le faire Benny Gantz et son part Bleu Blanc, regroupement de plusieurs formations centristes. Aucun parti n’a su fédérer l’opposition politique, ni l’opposition de terrain qui s’est exprimée depuis un an avec la « contestation Balfour » contre Benyamin Netanyahou.

Et par comme par un effet boomerang, ce sont les partis de droite et de centre-droite qui semblent bénéficier de la campagne anti-Netanyahou, moins par choix idéologique que par calcul politique des électeurs, qui y voient le moyen le plus sûr d’évincer le patron du Likoud de la tête du gouvernement.

La frontière du post-sionisme

Si le post-sionisme ne s’exprime pas, à proprement parler, dans le débat électoral, il marque en tout cas une frontière que la gauche politique hésite à franchir. Certaines voix de gauche commencent pourtant à préconiser la création d’un parti judéo-arabe. L’idée, envisagée par la direction de Meretz avait ainsi donné lieu, fin 2020, à un sondage. Le résultat avait été sans appel : seuls 0,7% des électeurs de centre-gauche – soit entre 3 et 4.000 voix – y seraient favorables. L’hypothèse a donc été aussi vite abandonnée.

L’électorat israélien de centre-gauche ne se retrouve plus dans les partis censés le représenter. Les idées portées par la gauche israélienne ne répondent plus aux attentes de ses partisans, dont la majorité s’est tournée vers le centre. A moins que le centre ne soit en réalité l’expression actualisée du mouvement travailliste historique, laissant à la marge son courant le plus à gauche, qui explore la piste de l’Etat de tous ses citoyens au détriment de l’Etat nation du peuple juif. C’est en tout cas l’explication à laquelle se raccrochent ceux qui ne veulent pas croire que la gauche soit en train de disparaitre du paysage politique israélien.

Pascale ZONSZAIN, rédactrice en chef de Menora.info, journaliste. Couvre l’actualité d’Israël et du Proche-Orient pour les médias de langue française. Auteur de nombreux reportages et enquêtes sur les sociétés israélienne et palestinienne.