Contestation sans destination, les manifestations d’Israël 2020

Photo by Eran Menashri on Unsplash

La contestation n’est pas un phénomène nouveau en Israël, mais celle de 2020 est inédite en bien des points. Nourrie par dix-huit mois de paralysie politique, suivis d’une crise sanitaire mondiale, elle n’a pas d’objectif clair, comme en témoignent les manifestations qui se tiennent depuis la fin du printemps près de la résidence du Premier ministre à Jérusalem, à Tel Aviv et en d’autres points du pays.

Politique sans être partisane, idéologique sans être doctrinaire, générationnelle sans être rassembleuse, la « contestation Balfour » est tout et son contraire. Sans autre mot d’ordre commun que la démission de Netanyahou, et mobilisée par des groupes aux motivations diverses,  elle interpelle sur l’état de la démocratie et de la société israéliennes et l’avenir qu’elles envisagent pour elles-mêmes. Menora.info tente de décrypter le phénomène, les acteurs et les implications de la contestation israélienne 2020.

 

Pascale ZONSZAIN, rédactrice en chef de Menora.info, journaliste. Couvre l’actualité d’Israël et du Proche-Orient pour les médias de langue française. Auteur de nombreux reportages et enquêtes sur les sociétés israélienne et palestinienne.